Info AL

img_info_al

Liste des articles

 


JazzFest 2017, un événement incontournable

nullEn ce 1er avril 2017 se déroule la 39e édition du grand JazzFest des jeunes du Québec à l’école secondaire André-Laurendeau. Cet événement musical contribue à l’épanouissement des musiciens tout en les sensibilisant à l’influence de la musique dans la vie de tous les jours.

Plus de 85 ensembles de jazz de 40 institutions scolaires sous la direction de plus de 50 sommités en musique ont réalisé des prestations exaltantes lors de cet événement.

Également, le JazzFest est un lieu de rencontres et de découvertes quant à la musique. Les participants peuvent créer, partager et échanger lors d’ateliers visant l’amélioration.

L’école secondaire André-Laurendeau accueille pour la 26e année les élèves de toutes les régions du Québec qui participent à cet événement qui a été possible grâce au travail minutieux de plusieurs bénévoles.

Bravo à tous les participants!


Migaël Brazeau

auteur_christian-temelie

Dernièrement, vous l’avez probablement croisé dans l’école, vêtu d’un chandail vert et accompagnant Fabian, le concierge. Voici le parcours d’un jeune homme qui a bien des projets en tête.

Effectivement, Migaël Brazeau a eu plusieurs défis à relever lors de son parcours scolaire, car il a vécu de l’intimidation. Il se faisait communément ridiculiser par d’autres élèves et a même eu des pensées suicidaires. De plus, alors qu’il voulait traverser la rue, il a été frappé violemment par une automobile, ce qui lui a causé quelques années de retard à l’école. Lors de sa réadaptation, Migaël a dû réapprendre à marcher, donc ses déplacements et ses activités ont été réduits considérablement ce qui lui a généré une prise de poids importante. En conséquence, il a vécu un surplus d’intimidation lors de son retour à l’école.

Cependant, Migaël, avec sa force et sa persévérance, a réussi à s’entraîner afin de reprendre le contrôle de corps et de son esprit. «Je prends soin de mon apparence et je suis fier d’avoir perdu du poids ainsi que d’avoir pris de la masse musculaire. L’apparence c’est important pour moi. J’ai toujours voulu être mannequin,» nous confiait-il lors de son entrevue. Effectivement, il a développé une passion pour les sports. À cet effet, il fait partie de l’équipe d’athlétisme d’André-Laurendeau et s’est inscrit à sa première compétition pour le saut en longueur et la course du 60 mètres.

Actuellement, il étudie en FMS et complète un stage de 325 heures au total en conciergerie avec Fabian. «Les tâches d’un concierge ne sont pas celles auxquelles on s’attend. On ne fait pas que nettoyer les toilettes et y changer les rouleaux. On transporte des meubles, on en répare aussi en plus de recevoir la marchandise.» Étant tellement passionné et investi dans son stage, Migaël déplore le fait qu’il ne peut pas travailler pendant ses pauses! Il est un vrai bout en train!

Quant à Fabian, il est heureux de travailler avec ce jeune homme. Ses tâches en sont légèrement modifiées, mais il constate que Migaël développe beaucoup d’autonomie et est capable de rapidement et efficacement se mettre à la tâche.

En réalité, lorsque nous l’avons questionné sur ses projets d’études, il nous a confié qu’il désire devenir peintre en bâtiment, pour se spécialiser dans celle d’architectures comme pour les ponts. Donc, il désire terminer ses études à André-Laurendeau afin de compléter un DEP dans ce domaine.

Finalement, en plus des obstacles qu’il a surmontés, Migaël s’intéresse à plusieurs aspects différents comme la danse, le théâtre, le mannequinat, la boxe thaïlandaise, les sports et plusieurs autres, ce qui est grandement impressionnant. Sa polyvalence en fait un modèle de persévérance dont nous pouvons être fiers.


Par amour, pour la Terre

auteur_christian-temelie

Le 21 avril 2017 s’est déroulée la journée de la Terre à l’école secondaire André-Laurendeau. Lors du dîner, tous les élèves ainsi que les membres du personnel ont pu constater et participer aux activités afin d’être sensibilisés à la cause de la protection de l’environnement.

À cet effet, une dizaine de poubelles ont été peinturées par les élèves de la concentration d’arts visuels. Non seulement il était possible de circuler parmi ces œuvres d’art, mais tous ont été invités à voter pour la plus belle poubelle. Ces dernières seront ensuite placées dans l’école pour être utilisées, ce qui joindra l’utile à l’agréable tout en ajoutant un aspect artistique dans l’établissement.

De plus, dans le CentrAL, les élèves pouvaient inscrire un mot au sujet de l’environnement et ce dernier était suspendu à un arbre qui, symboliquement, représente ainsi une réflexion quant à l’impact que nous avons sur l’environnement.

Également, plusieurs kiosques étaient supervisés par des élèves de l’école qui s’impliquent tous activement dans une cause environnementale qui leur tient à cœur. Voici un aperçu de ce qui a été partagé.

nullÀ la friperie Les Trésors d’Ali Baba, il est possible de se procurer des vêtements qui ont déjà été portés et parfois reprisés, ce qui diminue l’impact écologique et permet de dénicher de belles trouvailles.

À qui la chance?

nullKiosque sur la paix

nullAu kiosque Milliterres, Olivia s’est fait un plaisir de diriger un petit test.

Êtes-vous capable de me nommer deux éléments qui vont au bac de recyclage?

Ceux qui répondaient correctement à cette question remportaient un bonbon.

nullLes Jardins d’Alice, une serre et un jardin.

nullLa ferme d’André a attiré bien des regards, puisque plusieurs élèves nous présentaient des animaux dont ils s’occupent depuis le début de l’année. Samuel et Zakary nous ont longuement parlé de leur intérêt envers ces petits êtres. «C’est pour leur bien, c’est pour les habituer aux jeunes,» partageait Zakary.

nullKevin tenait Balou, un chinchilla. Ce jeune homme était heureux de nous expliquer qu’il nettoie sa cage, lui donne un bain dans la poussière volcanique afin que Balou ait un pelage doux. Kevin développe actuellement une passion pour les animaux et il nous a confié qu’il travaillera peut-être dans ce domaine plus tard.

nullLe CVCM (comité de valorisation des cultures du monde) avait également un kiosque tenu par Astrid, Juliette, Anaïs et Claudia.

Ces jeunes femmes dynamiques ont expliqué le but de leur comité et ont fait un rappel de la semaine culturelle.

nullManouchka et Sonia Abigaël représentaient l’Amnistie Internationale. Ces deux jeunes femmes passionnées ont partagé leur désir d’aider leur prochain par cette organisation mondiale d’aide à la défense des droits de l’Homme tout en sensibilisant les gens à l’injustice mondiale. «Ce côté humanitaire est vraiment une partie de moi,» disait Manouchka, vibrante d’émotion.

Que gagnent-elles à participer à cette organisation?

«J’aime ça avoir le sentiment que j’aide les autres. Même si c’est une petite action, je fais une différence sur le monde,» nous confiait Sonia Abigaël.

À cet effet, il était possible de signer deux pétitions. Une première pour la liberté d’expression en Arabie Saoudite et une seconde afin d’aider le blogueur Raif Badawi.

nullKamilah, au kiosque «Récupérer au quotidien,» donnait des trucs très simples afin de moins polluer. Au lieu d’acheter des sacs à sandwich, il est facile de récupérer les poches de lait et de les utiliser comme récipient que l’on referme avec l’attache. Aussi, au lieu de prendre des sacs en plastique à l’épicerie pour y ranger les fruits et légumes, nous pouvons tout simplement utiliser les sacs de clémentines!

Comme Kamilah l’a si bien démontré, il y a plusieurs manières de récupérer facilement et de diminuer notre empreinte écologique!

Cet événement captivant a été très intéressant, car il a permis à tous de connaître les différentes mesures mises en place à l’école secondaire André-Laurendeau afin de protéger l’environnement. Et vous, que faites- vous pour dame Nature?


Une année haute en mention pour les élèves de Musique-Études Jazz-Pop

Les musiciens de l’école secondaire André-Laurendeau récoltent plusieurs mentions or et argent au Jazzfest des Jeunes du Québec et au 89e Festival des Harmonies et Orchestres Symphoniques du Québec.

En effet, le 2 avril dernier au Jazzfest des jeunes les 20 et 21 mai dernier au Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec à l’Université de Sherbrooke, les 13 ensembles de Musique-Études Jazz-Pop se sont mérités des mentions «Or» ou «Argent» pour leurs nombreuses performances. Un total de 19 mentions «Or» et 2 mentions «Argent». De plus, 10 ensembles se sont mérités des prix en argent remis aux trois meilleurs ensembles de chaque catégorie. C’est une année record à ce niveau!

Télécharger les résultats du festival en format PDF


Des gestes qui sauvent le monde : lecture comparée

auteur_christian-temelie

Saviez-vous que même si des livres semblent vraiment différents, un roman d’action et une nouvelle plutôt lente, par exemple, on peut y retrouver plusieurs ressemblances ? Je vous montre un exemple avec les romans Stormbreaker d’Anthony Horowitz et L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono.

Jean Giono, de nationalité française, naît à Manosque, en France, le 30 mars 1895 et décède en 1970 dans la même ville. L’homme qui plantait des arbres paraît d’abord dans une revue en 1973 et, en 1983, à Paris, l’éditeur Gallimard publie la nouvelle. Anthony Horowitz est un Anglais qui voit le jour à Stanmore en Angleterre, le 5 avril 1957. Hachette édite, à Paris, la traduction française de Stormbreaker.

Un des liens que l’on observe entre les deux romans est que les deux personnages principaux veulent aider les humains. Ensuite, ils ont tous les deux des missions à accomplir. Dans Stormbreaker, Alex empêche la destruction de toutes les écoles de l’Angleterre. Dans le livre de Jean Giono, Elzéard Bouffier améliore le climat pour tous les habitants. Toutefois, il y a une différence entre les deux missions, Elzéard se donne lui-même celle de sauver sa région, tandis qu’Alex n’a pas le choix. Les deux histoires se terminent bien pour les héros et pour l’humanité. Même si le roman écrit par Anthony Horowitz est un livre d’action plutôt léger, son sujet est intéressant, car c’est aussi une leçon de vie. C’est également ce que l’on retrouve comme sujet dans le livre de Jean Giono, qui est une nouvelle sans beaucoup d’actions, mais plusieurs enseignements sur de simples gestes qui peuvent améliorer le monde.

D’autres livres nous cachent de belles surprises, j’en suis certain !


JazzFest 2016, un événement flamboyant

auteur_christine paquette

Le 2 avril 2016 s’est déroulée à l’école secondaire André-Laurendeau, sous le parrainage de Johanne Blouin, la 38e édition du JazzFest des jeunes du Québec. Lors de cet événement, 80 ensembles jazz de 40 institutions scolaires et communautaires, dirigés par plus de 50 sommités, ont offert au public des prestations éblouissantes.

img_info-al_jazzfest2016_bLes festivités se sont terminées par le Prix-hommage décerné à Monsieur Gosselin, précurseur de l’accueil du festival, et par la prestation colorée du Big Band de l’Université de Sherbrooke et du grand trompettiste américain Wayne Bergeron.

Plus qu’une compétition, le JazzFest se veut être un lieu d’échange, de partage et de création où les participants bénéficient d’ateliers dont l’objectif est l’amélioration. Ce projet nous confirme donc qu’au Québec, la culture musicale dans les écoles est bel et bien vivante !

Bien sûr, cet événement d’envergure qui, depuis 25 ans, se réalise à l’école André-Laurendeau ne peut se dérouler sans la participation active de nombreux bénévoles.

Bravo à tous les participants!


Semaine de la persévérance scolaire

auteur daphne bilodeau

En lien avec la semaine de la persévérance scolaire, je devais choisir une personne que je connaissais bien, alors j’ai choisi une de mes amies très proche.

Elle va bientôt avoir 13 ans et je l’ai rencontrée à l’école primaire. Le 31 octobre 2012 (je m’en souviens comme si c’était hier), au début de la journée, elle ne se sentait vraiment pas bien, puis son père est venu la chercher. Ils ont dû aller à l’hôpital tellement elle était malade. Une à deux semaines plus tard, elle revenait à l’école. Sur l’heure du midi, elle a sorti une machine, mais tout le monde croyait que c’était son ipod. Elle nous a ensuite expliqué que c’était une machine pour son diabète. Sa maladie aurait pu affecter ses résultats scolaires, mais cela n’est pas arrivé. Elle n’a jamais lâché et a toujours gardé la tête haute. Elle est ma meilleure amie et elle continue toujours son chemin, car elle est forte. Bien sûr, elle reçoit beaucoup d’amour de ses proches, mais elle démontre une persévérance incroyable, surtout à l’école.

Pour moi, ma meilleure amie est la représentation même d’une personne extrêmement persévérante.


Macbeth 2.0 : Bravo !

auteur claude crozier

Vendredi 19 février à 16 heures, a eu lieu au Petit théâtre d’André-Laurendeau une représentation de Macbeth par les élèves en option théâtre de 4e et 5e secondaire. Et heureusement, j’y étais!

Dès le début, la salle est plongée dans une noirceur inquiétante. Puis, telle une danse incantatoire, les sorcières maléfiques appellent les esprits autour d’un feu illuminant leur visage aliéné.

  • Quand nous réunirons-nous maintenant toutes trois ? Sera-ce par le tonnerre, les éclairs ou la pluie ?
    Quand le bacchanal aura cessé, quand la bataille sera gagnée et perdue.
  • Ce sera avant le coucher du soleil.
  • En quel lieu ?
  • Sur la bruyère.
  • Pour y rencontrer Macbeth.

Le drame est mis en place.

Durant 1 heure 30, Macbeth (joué admirablement par Félix Séguin) s’évertuera tout d’abord à prendre le pouvoir, puis à le garder sous l’influence meurtrière de Lady Macbeth (campée tout en nuances par Maude Lajoie-Corriveau). Trahisons, meurtres, sang, échauffourées, folie : tour à tour, des tragédiens inspirés prendront d’assaut la scène pour accomplir le destin tragique que Shakespeare avait imaginé 500 ans plus tôt. Cette énergie sera portée par un public captif, réagissant au drame qui se joue devant eux.

Les choix esthétiques des costumes et de la musique et la relecture de la pièce par Émilie Poirier parviendront aussi à donner un vernis d’actualité à ce classique dramaturgique. Ainsi, l’ajout d’un fou du roi (Irwin-Alexander Franco-Fuentes qui, dans son jeu, m’a fait penser à celui de Jacques Villeret) viendra apporter à cette pièce macabre à souhait une légèreté irrévérencieuse qui saura détendre toute la salle.

Bravo !


Macbeth 2.0

auteur lissa gaye

Le jeudi 18 février, au Petit Théâtral, j’ai eu le plaisir d’assister à la pièce «Macbeth» mise en scène par la talentueuse enseignante d’art dramatique Émilie Poirier et interprétée par les élèves en option théâtre. J’ai trouvé cette création vraiment intéressante ! Les comédiens étaient bien préparés et nous ont offert une très belle performance malgré le stress qu’ils devaient ressentir, puisque c’était leur première représentation devant public. Il y avait beaucoup d’actions, de drames et un soupçon d’humour, ce qui a rendu cette pièce captivante.

Je tiens à féliciter Madame Émilie Poirier pour son beau travail et surtout les élèves pour les efforts qu’ils ont dû faire eux aussi.

Bravo!


Tom l’aventureux

auteur penelope julia

Hier, je suis allée au parc d’attractions, La Ronde, avec un groupe d’amis, mais seul le passionné de la chasse au trésor désirait parcourir la maison hantée avec moi. Il s’appelle Tom Sawyer. Je vous parlerai de ses caractéristiques physiques et de sa vie sociale.

Caractéristiques physiques

Pour commencer, dans le groupe d’amis qui nous accompagnait, celui que je trouvais de mon goût était Tom Sawyer, un garçon âgé de 12 ans à la chevelure brune et au teint pâle. De plus, il est de petite stature, mesurant cinq pieds et pesant 95 livres. Tom est toujours vêtu à la mode avec sa casquette noire pour se protéger du soleil, son chandail à manches courtes orange, ses jeans bleus et ses souliers noirs de marque « Nike ». Lors de ses expéditions, il s’équipe d’une montre, d’une lampe de poche, sans oublier son téléphone portable.

Caractéristiques sociales

Pour continuer, après l’activité, les parents de Tom, Chantal, sa mère, 37 ans, et Éric, son père, 40 ans, sont venus le chercher. Ils étaient accompagnés de ses grands-parents qui ont tous les deux 70 ans, de son petit frère de quatre ans qui s’appelle Charles et de Léo, son chien de deux ans; c’est un Labrador de couleur noire. Ils devaient aller le reconduire à sa pratique de soccer, car en plus d’être beau, il est un sportif débordant d’énergie. Il adore aussi le hockey et le basketball. Tom n’a pas beaucoup d’amis, mais il en a sept très bons, dont moi. Son meilleur ami s’appelle Huck, ils adorent aller à l’aventure ensemble. Cependant, l’activité préférée d’été de Tom est la chasse au trésor dans des maisons hantées, car il adore les mystères et tout ce qui fait peur.

Finalement, Tom Sawyer a 12 ans, a un petit frère de quatre ans appelé Charles Sawyer et un chien de deux ans appelé Léo. Il adore les aventures comme la chasse au trésor et faire du sport. Maintenant, avec tout ce que je vous ai dit de Tom, aimeriez-vous venir avec nous dans notre prochaine aventure ?


Entraide, écoute et divertissement

auteur_sandrine-moreau

À l’école, est offert le service de la Brigade des pairs aidants, un groupe d’élèves qui nous reçoivent à bras ouverts dans un lieu où nous pouvons rencontrer d’autres jeunes, nous amuser et dîner tout en nous faisant de nouveaux amis.

Tous les midis, au C-115, des élèves de tous les niveaux se regroupent pour diverses activités allant des jeux de société jusqu’à l’aide aux devoirs.

La Brigade des pairs aidants : pour nous entraider, nous écouter, nous amuser et rencontrer des jeunes qui nous ressemblent !


Une soirée haute en couleur

auteur_sandrine-moreau

Le 7 novembre a eu lieu, à l’école, le souper spaghetti lors duquel les élèves de Jazz-Pop ont animé cette soirée sur le thème de «salle de bal». Cette campagne de financement avait pour but d’amasser de l’argent pour leur participation au Festival des harmonies de Sherbrooke qui se déroulera les 20 et 21 mai 2016.

Cet évènement a connu un vif succès auprès des familles : plus de 1200 spectateurs ont participé à cette soirée dansante tout en appréciant le concert donné par les élèves.

Lors d’une entrevue entre Marie-Ève Levesque Bouchard, Giacomo Angerillo, Camille Krawzek et Antoine Grant, nous avons appris que cette célébration existe depuis plus de 15 ans. À cet effet, plusieurs mois de pratique sont nécessaires afin que les élèves soient fin prêts à monter sur scène. «Comme un athlète se prépare avant une performance, pour un musicien, c’est la même chose, il faut être concentré à cent pour cent», a spécifié Antoine. Il a également expliqué que le choix du thème référait aux réceptions animées par les ensembles de jazz des années ’20 et ’30.

De plus, les élèves, ayant participé au choix des pièces jouées, se sentent encore plus concernés par cet événement rassembleur. Camille nous a partagé qu’elle aimait l’ambiance festive lors du souper spaghetti et, en échangeant un regard complice avec Antoine, a ajouté que même s’ils graduaient cette année, ils se feraient un plaisir de revivre cette collecte de fonds pour les années à venir.


Première grande visite des cégeps

auteur_sandrine-moreau

Le 9 novembre 2015 a eu lieu à l’école la journée de présentation des cégeps pour les élèves de cinquième secondaire. Cette activité a été organisée par la conseillère en orientation, Madame Élaine Lessard, afin de permettre aux futurs diplômés de découvrir les différents programmes offerts par les cégeps qui étaient présents lors de l’évènement. «Je veux vraiment permettre aux élèves d’avoir le plus d’information possible», nous a dit Mme Lessard alors qu’elle venait tout juste de nous informer que c’était la première année où il y avait autant de kiosques.

Effectivement, les jeunes ont pu trouver l’information nécessaire à leur futur choix de programme et d’établissement de formation postsecondaire. «Je regarde quels cégeps offrent les programmes qui ont le cours que je veux faire, les moyennes aussi», nous a confié Megan R. Certains avaient déjà des questions spécifiques comme Fidelina qui n’a demandé qu’une clarification concernant un programme, alors que d’autres, comme Kasandra P., nous ont déclaré : «On vient voir les collèges, connaître leurs attraits et ce qui les différencient.»

Cet événement a été l’opportunité pour les représentants des cégeps de faire découvrir leur établissement aux élèves, les programmes particuliers qu’ils offrent en plus d’éclairer les jeunes sur leur processus d’orientation et de décision.

Bref, cet événement a connu un grand succès.